jeudi 22 juin 2017

Faire comme le serviteur d'Élie

Le début de la saison des pluies est toujours une période difficile. Même si beaucoup aiment penser que la saison des pluies commence au mois de juin, les pluies sont souvent trop irrégulières pour que les travaux agricoles débutent.
Cela étant il semble que depuis une dizaine de jours les pluies commencent à venir régulièrement.

J'ai récemment lu avec les enfants l'histoire du prophète Élie et de son serviteur au mont Carmel (1 Rois 18).
Alors qu'il y a une sécheresse qui dure depuis plus de 3 ans et après avoir montré la puissance de Dieu sur Baal, Élie et son serviteur restent au mont Carmel. A plusieurs reprises,
Élie demande à son serviteur de guetter le ciel jusqu'à ce qu'il voit un nuage apparaître, nuage qui va annonçer une très grande pluie.


Nuages de pluie?


En lisant je me suis rappelé qu'au mois de juin il y a des jours où la chaleur et l'humidité sont telles que j'ai l'impression de faire comme le serviteur.

Dans ces moments là, plusieurs fois dans l'après midi je sors de la maison et regarde en direction de l'est pour voir si il y a des nuages annonciateurs d'orage (ou au moins un changement de couleur du ciel qui annoncerait la pluie).
Par contre je n'ai pas toujours eu la chance d'avoir une grande pluie après.

mercredi 14 juin 2017

Avant l'orage, deux vues similaires

J'ai déjà mentionné le fait qu'avec le début de la saison des pluies nous avons des orages (lire ici). Je trouve toujours le ciel avant l'orage ou avant une grosse pluie très beau.
En regardant des photos sur mon téléphone je me suis rendu compte que c'est vrai autant en France qu'au Bénin.



Voici le ciel avant un orage il y a quelques jours



Voici le ciel avant une grosse pluie (j'aurais espéré un orage) il y a un peu plus d'un an en France

lundi 12 juin 2017

Comment parler de la climatisation en monkolé

Très récemment je suis allé à Kandi en voiture avec des amis de l'église. Nous allions tous assister à une cérémonie de baptêmes. C'était plus simple et convivial de prendre ma voiture.

Etant donné que c'était en plein après-midi il faisait chaud et j'ai allumé la climatisation. Le passager qui était assis à côté de moi m'a alors de demandé: "I nɛ mii ku ce tũtũ?". Cela se traduit par "Tu as la chose pour faire le froid?"
Ainsi j'ai appris que climatiseur se dit en monkolé "
mii ku ce tũtũ".

Plus tard dans l'après-midi j'ai aussi compris que mes passagers aimaient beaucoup le confort de la climatisation. Quand je me suis excusé que je devais faire un détour pour aller acheter de l'essence ils m'ont dit qu'ils étaient très heureux de faire un plus grand trajet pour profiter de la fraicheur de la voiture.
J'aurais proposé d'aller à Parakou ou Malanville qu'ils auraient été très contents!

Comme Hilary le faisait remarquer c'est assez évident que climatiseur se dise "
mii ku ce tũtũ" en Monkolé. Le mot "mii" désigne une chose ou un objet et permet de construire très facilement des expressions utiles.
Un autre exemple qui me vient en tête est le mot pour dire pulvérisateur. Il s'agit de "
mii ku fãsi iwɔ" qui signifie littéralement "la chose pour disperser le médicament [ou le produit phytosanitaire]".

mercredi 7 juin 2017

Avec l'arrivée des pluies il faut être plus souple

Comme toutes les semaines dimanche dernier on se préparait à aller à l'église. Le fait qu'on s'approche de la saison des pluies entraîne que parfois les projets doivent changer.

Voici l'aspect du ciel à l'heure où, le dimanche, on finit le petit-déjeuner.



Clairement un orage se préparait.

Voilà ce que l'on voyait devant chez nous à l'heure où on part pour l'église.



On a du retarder notre sortie pour l'église d'une grosse heure. On est arrivé un tout petit peu en retard et l'église était un peu moins remplie que d'habitude.
Avec les pluies il arrive que nos activités soient un peu perturbées.

mercredi 17 mai 2017

J'ai été membre du sénat (ou de la CENA?)

L'église où nous allons appartient à une dénomination assez grande au Bénin qui est l'Union des Eglises Evangéliques du Bénin. Tous les six ans l'ensemble des responsables de ces églises est renouvellé.
Dimanche dernier avait lieu, après le culte, le vote de renouvellement des responsables dans notre église.

Alors que nous venions de rentrer du culte, un ami m'appelle pour me dire que ma présence est nécessaire à l'église. De retour à l'église j'ai appris qu'avec deux autres hommes je faisais partie du sénat et que nous trois étions en charge de conduire les élections.
Mon travail a été facilité par le fait que mes deux collègues sénateurs avaient des idées claires sur la façon de conduire le processus. Du coup j'ai fait le rôle de secrétaire et ai aidé au comptage des voix.

Après deux heures de réunion, deux heures qui ont été vécues dans une bonne ambiance, le vote était achevé et moi et mes collègues avions fini notre mandat.

Le lendemain j'ai réalisé que je n'étais peut-être pas membre du sénat (ce qui aurait fait une belle ligne sur mon C.V.) mais de la CENA qui est (ou était) le nom de la commission chargée des élections. Ce nom a donc été repris localement et semble désigné toute personne qui aide au déroulement des élections.

lundi 24 avril 2017

Séminaire de la commission linguistique monkolée (2)

La semaine passée j'ai évoqué la cérémonie à laquelle nous avons assisté récemment lors du cinquième séminaire ordinaire de la commission linguistique monkolée (lire ici).

Durant la cérémonie il y a eu une brève présentation des activités de cette commision linguistique monkolée au cours des quatre dernières années. C'était intéressant d'entendre cette présentation car cela m'a permis de découvrir les activités de cette association.
Voici quelques exemples de réalisations:
  • le financement d'un reportage sur les traditions culturelles monkolées pour une chaîne de télévision;
  • l'aide à la construction de logements pour les élèves et étudiants monkolés de façon à ce qu'ils puissent se loger dans les lieux où ils étudient;
  • des médiations dans des conflits entre éleveurs et cultivateurs;
  • soutenir la demande de l'installation d'un poste de gendarmerie dans un village pour lutter contre l'insécurité.
J'ai été frappé par le fait que cette commission linguistique prenne au sérieux la défense de l'intérêt des Monkolés ainsi que la préservation de la culture.

En ce qui concerne ce dernier point j'ai quand même un regret à propos du séminaire auquel nous avons assisté. J'ai trouvé dommage que les chorales que je connais des églises catholiques ou évangéliques n'aient pas été invitées. En effet, elles aussi participent à la transmission et au développement de la langue monkolée.
Peut-être devrais-je suggérer cela dans l'avenir?


mercredi 19 avril 2017

Séminaire de la commission linguistique monkolée (1)

Il y a quatre ans plusieurs amis du village nous avaient encouragés à aller dans le village d'Alfa-Koara où avait lieu une grande manifestation culturelle monkolée. Etant donné que les enfants étaient assez petits pour certains et étant donné que c'était en plein mois d'avril (mois des grandes chaleurs) on ne l'avait pas fait pensant qu'une autre occasion se présenterait.

Le week-end dernier avait lieu dans notre village le cinquième séminaire ordinaire de la commission linguistique monkolée et ce séminaire a lieu tous les quatre ans. Cette commission a pour fonction d'encourager la préservation de la culture monkolée de même que la défense des intérêts des Monkolés (j'en dirai plus dans un autre post).

Le samedi matin nous sommes donc allés à l'ouverture du séminaire et on a participé à ce qui ressemble à une cérémonie d'ouverture. Nous étions parmi les invités de marques et on s'est retrouvé placé à côté d'un ambassadeur, d'un employé des Nations-Unies, pas trop loin du préfet et du maire et surtout au premier rang.

La cérémonie alternait des discours officiels avec des présentations artistiques. Et parmi ces présentations on a pu voir:

une cavalcade très spectaculaire au cours de laquelle les cavaliers faisaient faire des pas de danse aux chevaux;


plusieurs spectacles de danse (ici la danse du feu);



des chanteurs contemporains dont certains chantaient en langue monkolée (ici Général Mokolo) .



Nous avons passé un très bon moment là et les enfants et nous étions très contents de ce que l'on a pu voir. Le fait d'être au premier rang assis sur un canapé rendait l'expérience encore plus agréable. Et à la fin on a été convié au repas avec les personnalités ce qui ne gâche rien.

P.S. je reprends les photos qu'Hilary a préparées pour un post qui se trouve ici.