mercredi 20 septembre 2017

A partir de quel moment cela devient-il excessif?

J'ai déjà mentionné que cette année la saison des pluies semble très satisfaisante (voir ici par exemple). Nous avons eu des pluies régulières et assez abondantes durant les mois de juillet et août et les champs sont beaux à voir (voir ici aussi).

Il y a quelques jours nous avions prévu de prendre une journée pour visiter une amie qui vient de donner naissance à une petite fille.
Le matin de notre départ, vers 5h00, une forte pluie a commencé et a très rapidement donné l'impression qu'elle allait durer.

Après plusieurs heures d'attente (et donc de pluie forte continue) on a décidé de se mettre en route se doutant que la pluie n'allait pas cesser facilement.
Pour cela il fallait que l'on parvienne à sortir de notre propriété dont la moitié était sous les eaux comme le montre la photo.



Le passage
pour sortir de la concession





Franchir la rivière qui s'est installé devant chez nous avant d'atteindre la route


Après être parvenus à atteindre la route je pensais que le voyage allait bien se passer. Plus on avançait sur la route plus on voyait de scène d'inondations comme celle-ci.



Une rivière normalement large de 4 ou 5 mètres


Enfin, après un peu plus d'une heure de voyage nous avons été arrêtés par une file de véhicules. Un pont avait été subermergé par les eaux et la route était donc fermée pour plusieurs heures.
Nous avons rebroussé chemin assez déçus. Le lendemain on apprenait que d'autres ponts avaient été fermés à cause des fortes précipitations.

Jusqu'à présent on entend que nos amis sont contents des pluies. On arrive cependant à la période de la saison agricole où les pluies peuvent devenir trop fortes ou trop abondantes et peuvent alors menacer les récoltes.

mardi 12 septembre 2017

De rien c'est gratuit... en fait pas tant que cela

De temps en temps il y a une expression que j'entends autour de moi et qui me frappe. Cette fois ci c'est l'expression "De rien, c'est gratuit." qui peut être parfois employée en réponse à un remerciement. Le problème (ou la racine de mon amusement quant à cette expression) est que le contexte en change parfois le sens.

Il y a quelques semaines notre frigoriste est venu faire des petits travaux sur notre refrigérateur (changer un ventilateur qui aide le frigo et compléter le gaz frigorifique). Le travail a été bien fait, à la date et dans les temps prévus et la facture était très raisonnable.

Il y a deux jours je reçois un coup de fil du frigoriste qui me demande si tout va bien. Je lui réponds que oui et que les travaus effectués étaient très satisfaisants.
Je le remercie donc pour son travail et il me répond alors
"De rien, c'est gratuit."
J'étais tenté de répondre "Non ce n'était pas gratuit j'ai payé 38 500 francs" mais je me suis retenu sachant que ce n'est pas la réponse attendue.

lundi 4 septembre 2017

Bye-bye Mondécole

Depuis plus de quatre ans le site Mondécole a été le compagnon de nos garçons. C'est sur ce site qu'ils allaient faire des exercices supplémentaires pour compléter les cours dans les différentes matières qu'ils avaient au programme.

Ce site était, de mon point de vue (et surtout du point de vue de la connexion) bien fait. Même avec nos débits faibles le site pouvait fonctionner.
Les exercices étaient souvent conçus de façon simple et les enfants étaient très rapidement autonomes. C'est d'ailleurs comme cela qu'ils ont commencé à apprendre à utiliser l'ordinateur.


Capture d'écran du site Mondécole

Avec la nouvelle rentrée les choses changent.
Chacun des garçons a reçu un accès à un espace numérique de travail. Là ils auront accès à la version électronique de leurs manuels, à des ressources supplémentaires ainsi qu'à leurs enseignants. C'est très bien fait et ils semblent très intéressés par cela.
Pour ma part, le verdict sur ce changement sera lié à la facilité de connexion.

En tous cas, maintenant c'est bye-bye Mondécole!

mercredi 30 août 2017

Une image et un commentaire: comme le jardin du Seigneur

A cette époque de l'année tout autour de nous les champs sont en train d'arriver à maturité. Les plants de maïs sont verts et hauts, les champs de coton commencent à laisser voir les fleurs. Là où il y a six mois on ne voyait que la terre nue et quelques broussailles, la végétation est verte, belle et opulente.



En voyant les champs qui sont autour de notre propriété, et en particulier le matin quand le soleil commence à se lever, je ne peux m'empêcher de penser à un petit morceau verset de Genèse qui dit "c'était comme le jardin du SEIGNEUR" (Genèse 13:10).

Un lecteur attentif noter que je prends le risque de citer un morceau de verset hors de son contexte et que la citation au dessus est importante dans son contexte. Cependant en regardant j'ai l'impression qu'autour de nous c'est "
comme le jardin du SEIGNEUR"

mercredi 23 août 2017

Les prémices

Même s'il y a eu un peu de dégats dans le champ des enfants il y a quelques semaines (lire ici), tout n'a pas été perdu.



Lundi dernier nous avons pu manger les premiers épis de maïs frais que les enfants avaient plantés. Mangé bouilli c'était très bon!

P.S.: et sur la photo les légumes verts sont des gombos de notre jardin et très bons eux aussi.

mardi 8 août 2017

Déception agricole

Chaque saison des pluies, depuis que nous sommes dans le village de Pèdè, Simon plante (avec beaucoup d'aide de la femme de notre pasteur) du maïs. Simon aime beaucoup manger du maïs frais et plus encore quand cela vient de son champ.

A la fin du mois de mai dernier Simon a donc préparé son champ et l'a ensemencé. Il était très content de voir le maïs germer et se développer.
Il y a quelques jours un ami a donné de l'engrais car le maïs en avait besoin. Après cela tout semblait bien aller.

Cependant, vendredi dernier on a eu un orage soudain avec quelques rafales de vent. Malheureusement, le champ de Simon a souffert et beaucoup de tiges de maïs ont été couchées.



On était un peu triste en voyant le champ.
On était aussi triste en réalisant que si les mêmes dégats se produisent dans les champs de nos amis, les conséquences sont plus dramatiques.

lundi 7 août 2017

Une image et un commentaire: l'imagination des enfants



Cette photo a été prise récemment.
Ce jour-là Simon et Benjamin avaient passé toute la matinée à recréer l'univers de Star Wars avec leurs Légos. En fin de matinée on avait décidé que j'allais leur lire Tristan et Iseut. Ce livre commence par la description d'un tournoi de chevaliers, description que les garçons ont tout de suite appréciée (ils la mimaient).

Quelques heures après, les chevaliers remplaçaient les Jedis et les garçons sortaient leur château fort (construit avec l'aide d'Hilary) et les Playmobils.

Je suis très fréquemment impressionné et admiratif de l'imagination de nos enfants. Je suis incapable de faire comme eux.

P.S.: sur la photo on peut remarquer que le bateau de Eve est venu participer aux jeux.